Et si tout n’était pas si rose…

Après 5 ans d’attente et d’espoir qui se sont soldés par une fécondation in vitro, j’étais enfin enceinte !  Je l’avais tant souhaité, ce petit miracle, que je n’aurais pas le droit de me plaindre, pas le droit de revendiquer plus de sommeil, pas le droit de me sentir brimée dans ma liberté… C’est ce que je croyais… et c’est la pression que je me mettais sur les épaules…

L’arrivée de mon fils a bien sûr été un événement marquant, mais je ne suis pas tombée en amour avec lui instantanément.  Même que mon attachement à lui a été long à se développer… C’est terrible à dire, mais j’ai même souhaité qu’il ne se réveille pas un matin… Ce petit être tant attendu me brimait, m’empêchait de faire ce que je voulais, quand je le voulais ! Je n’y arriverais pas ! Évidemment, il y a une grande phase d’adaptation lors de la naissance d’un bébé, incluant beaucoup d’émotions contradictoires, mais ce que je vivais n’était pas « normal ». J’ai lutté longtemps pour me faire croire que tout allait bien, que j’étais capable de surmonter ma détresse seule. Comme j’ai été malheureuse !

Le jour où j’ai compris, et accepté que je faisais une dépression postpartum, ma vie a commencé à s’améliorer.  J’ai demandé de l’aide et j’ai consenti à lâcher prise sur plusieurs aspects de ma vie.  C’est un long processus de guérison, mais j’ai grandi à travers cette épreuve.

Aujourd’hui, je suis consciente que la naissance de mon fils a ouvert une faille en moi qui ne pourra se refermer complètement.  Mais je sais maintenant que j’ai la force d’affronter différents défis, que je ne peux pas avoir le contrôle sur tout et que c’est bien ainsi !

Je vous partage mon histoire, car je sais qu’il y a plusieurs femmes qui vivent des situations semblables à la mienne, mais n’osent pas en parler de peur de ne pas répondre au standard de la « super maman épanouie ».

Le rôle de maman sera un grand rôle dans votre vie, mais rappelez-vous qu’il comportera de petits et grands défis et que vous aurez peut-être besoin d’un coup de main à l’occasion.

Ça prend tout un village pour élever un enfant ! Ne portez pas toute la responsabilité sur vos épaules, demandez !

Geneviève Fortin, Conseillère périnatale

Cocktails sans alcool pour les fêtes

À l’approche des fêtes et des nombreux party de bureaux, vous vous demandez sans doute quoi boire si vous êtes enceinte. Le Virgin César ne vous tente plus, vous êtes saturée du Shirley Temple, voici d’autres drinks à essayer!

cocktail-585315_960_720

Élixir délicieux

1/4 de cantaloup
1/4 t. de fraises
1/2 t. de lait ou de yogourt
Miel ou sirop d’érable (facultatif)

Passer tous les ingrédients au mélangeur avec quelques glaçons.


Vanilla Chili

10 oz de jus d’abricot
5 oz de jus d’orange
1 trait de vanille
1 trait de Tabasco


Le jus de fraises et basilic

500 g de fraises.
5 feuilles de basilic.
200 ml de jus d’orange.
20 g de sucre en poudre.

Mixez les fraises avec le basilic.
Ajoutez le jus d’orange et le sucre en poudre.
Garnissez les verres en ajoutant des fraises et du basilic.


Vin Chaud sans alcool

80 ml de jus de raisins
10 ml de sirop de cardamome
10 ml de sirop de cannelle
20 ml de jus de citrons
10 ml d’ angostura bitters

Faire chauffer les ingrédients ensemble dans une casserole et verser dans une petite chope ou dans une tasse.


Coconut Lips

60 ml de jus d’ananas
30 ml de crème fraîche liquide
15 ml de lait de coco
15 ml de sirop de framboises

Mixer les ingrédients et servir aussitôt


Soda Shop Cola

1/2 cuilère à café de jus de cerise au maraquin
1/4 cuilère à café d’ extrait de vanille
Cola (coca cola, pepsi)

Remplir un grand verre de glaçons. Ajouter les ingrédients et décorer d’un quartier de citron.


Éclat de mangue

60 ml de jus de mangue à base de concentré
30 ml de jus de pomme pur
60 ml de soda lime et citron
1 rondelle de lime
4 glaçons

Dans un verre old-fashioned, verser tous les ingrédients liquides et les glaçons.
Remuer à l’aide d’une cuillère à mélange.
Garnir d’une rondelle de lime.

 

 

Relevailles : Un soutien postnatal à votre service!

Initiative de mobilisation des connaissances sur un service appelé « Relevailles », qui consiste à offrir un soutien postnatal à domicile qui s’adapte aux besoins de chaque famille. Les services de relevailles sont dispensés par différents organismes à but non lucratif (OBNL), dont des centres de ressources périnatales (CRP) répartis dans neuf régions du Québec. Le lancement de cette initiative s’inscrit à même les activités de la Grande semaine des tout-petits

Pour en savoir plus : http://www.reseaudescrp.org/relevailles

Pour voir la version complète (version française à 4 min. 38 secondes): https://www.youtube.com/watch?v=O3CwYRHUbBw&feature=youtu.be&list=PLxWz0fEGuv6o5LrEpvdsmQFs5zB1dIFR8

Pourquoi faire du yoga prénatal?

Le yoga prénatal est présenté aux futures mamans comme étant des rencontres où l’on pratique un yoga adapté à la grossesse. Postures, respiration consciente, relaxation, sons et visualisations sont au programme. La mère prépare ainsi son corps, son esprit et son cœur pour l’accouchement et l’accueil du nouveau-né.

La pratique du yoga prénatal comporte de nombreux bienfaits.

Tout d’abord sur le plan physique. Étant soigneusement sélectionnées, les postures permettent à la femme enceinte de préparer son corps à l’accouchement. Certaines postures vont faire travailler la mobilité du bassin et son ouverture. D’autres assoupliront le périnée. Certaines vont contribuer à favoriser le meilleur positionnement possible du fœtus afin de créer les conditions les plus favorables au bon déroulement de l’accouchement.

Les postures sollicitent également une juste combinaison d’éléments de force, de souplesse et de relaxation à chaque séance, ce qui contribue à créer chez les participantes un réel bien-être.

Les postures vont contribuer à diminuer, voire à éliminer, au fur et à mesure qu’ils se présentent, les divers malaises qui peuvent être associés à la grossesse puisque le corps est en perpétuel changement et doit s’y adapter (douleur dans le dos, au nerf sciatique, aux aines, problème de circulation, œdème, etc.). C’est pourquoi il est possible de participer aux rencontres jusqu’à la toute fin de la grossesse.

En ce qui concerne la respiration, plusieurs techniques respiratoires sont enseignées aux femmes afin qu’elles puissent, enles pratiquant,ressentir bien-être, détente, relaxation ainsi que favoriser une meilleure oxygénation (pour elle et pour bébé). Suite au cours, elles peuvent poursuivre l’intégration de ces techniques respiratoires pour la gestion du stress au quotidien (on sait que le stress peut avoir des effets négatifs sur le bon déroulement de la grossesse), pour retrouver le sommeil plus rapidement lors de périodes d’éveil nocturnes et surtout pour être en mesure de les mettre en pratique au moment de l’accouchement. Nous savons que le contrôle de la respiration est un outil essentiel au bon déroulement d’un accouchement et a de réels effets sur la gestion de la douleur. Une respiration consciente qui favorise l’expiration est favorable à la sécrétion des endorphines, hormones naturelles qui peuvent être sécrétées pendant le travail, comparables aux effets de la morphine.

Au fil des années, nous avons reçu quelques témoignages d’infirmières qui ont observé l’impact de la pratique du yoga en salle d’accouchement. Elles mentionnent que ces femmes sont beaucoup plus en contrôle, calmes et proactives. Elles mentionnent également que les interventions possibles, comme la péridurale, surviennent beaucoup plus tard dans le processus (ce qui prévient parfois l’arrêt du travail et l’obligation d’avoir recours à d’autres interventions).

Sur le plan psychologique, la pratique du yoga prénatal peut aussi aider la femme enceinte à apprivoiser cette grande étape de changement. La visualisation donne l’opportunité de prendre conscience des peurs et d’intervenir sur celles-ci.

Finalement, le yoga nourrit également un autre aspect très important dans le chemin vers la maternité : le lien d’attachement. En effet, dans une vie active, prendre le temps de s’arrêterpour sentir la vie qui grandit en soijour après jour est un moment privilégié pour créer et approfondir ce contact avec bébé qui permettra de faire équipe pour le grand jour et les années à venir.

Par Stéphanie Moisan et France Richard, vos professeures de yoga prénatal et postnatal.


 

INFOLETTRE

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle afin d'être à l'affût de l'actualité et des nouveautés avant tout le monde.

loading